MINISTÈRE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L’ENTREPREUNARIAT NATIONAL ET DE L’INSERTION DES JEUNES

Sceau de Republique Gabonaise

Newsletter du mois de Février 2017

Logo



Mardi 06 février 2017.    Séance de travail avec une délégation du Conseil Gabonais du Patronat (CGP) conduite par son Président, Monsieur Francis EVOUNA

   Cette rencontre a été l'occasion d'échanger sur la vision ainsi que les objectifs du CGP. Un plaidoyer des 84 PME que regroupe ce conseil m'a ainsi été transmis, pour qu'ensemble nous puissions apporter au plus vite des solutions aux PME Gabonaises. J'ai pour ma part invité les membres du CGP comme j'invite l'ensemble des acteurs du secteur privé à prendre part aux échanges qui ont lieu actuellement, dans le cadre du Haut Conseil de L'investissement.




                 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




vendredi 10 février 2017.

Symposium sur le financement du développement Agricole :

  Quels mécanismes pour la création d’un fonds national de développement agricole ?


  

        C’est ce qui ressort du symposium sur le financement du développement agricole organisé par le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage, chargé de la mise en œuvre du Programme Graine. En présence de plusieurs membres du gouvernement, des partenaires techniques et financiers et des producteurs agricoles, le Premier Ministre, Emmanuel Issoze Ngondet a procédé à l’ouverture des travaux de ce conclave, ce vendredi 10 février 2017 à Libreville.

 Trois allocutions ont dominé la séance solennelle d’ouverture. D’abord, celle du Ministre Délégué à l’Agriculture, chargé de l’Agro-industrie, Patricia Taye.   Dans son mot de bienvenu, Mme la Ministre a situé l’assistance sur les enjeux de cette rencontre.   En effet, les travaux de ce jour a-t-elle affirmé, « donnent l’opportunité aux différents acteurs du secteur agricole de réfléchir, de proposer et de définir les mécanismes durables pour le financement de l’agriculture, appelé à devenir un moteur de croissance économique pour le pays ».

     Ensuite, le Ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, chargé de la mise en œuvre du programme Graine, Yves-Fernand Manfoumbi a, dans un exposé exhaustif et riche en enseignements, présenté les principaux défis du secteur agricole, les opportunités, les nouvelles orientations et la stratégie de développement allant de 2016 à 2023.

    En ayant identifié les « moteurs exports », c’est-à-dire les produits à forte valeur ajoutée destinés à l’exportation, le Ministre a notamment souligné que l’huile de palme (déjà exportée au Cameroun et en Espagne), l’hévéa dont l’inauguration de l’usine de transformation du caoutchouc est prévu pour fin 2017 et la filière café-cacao, représentent des niches importantes pour le développement de l’agriculture.

  Aussi, a-t-il ajouté qu’il s’agira au cours de ces échanges, « De créer les conditions pour une croissance continue du financement, une sécurisation et une utilisation efficace des ressources financières affectées au développement agricole, à travers la mise en place de ce fonds ».  En conclusion, il a soutenu que l’agriculture représente « le nouveau pétrole du Gabon » car disposant d’un bassin d’emplois de plus de 150.000 postes à créer d’ici à l’échéance 2023.

  Enfin, le Chef du Gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet, en ouvrant les travaux est revenu sur l’ambition du Président de la République, Ali Bongo Ondimba qui a instruit le gouvernement de mener une politique agricole visant deux objectifs à savoir : valoriser le potentiel agricole du pays et garantir la sécurité alimentaire.

    Pour atteindre ces objectifs, le Premier Ministre a relevé que le plan de relance économique qu’il avait présenté le 10 novembre 2016 à l’Assemblée Nationale, place l’agriculture comme un levier important pour la croissance économique. Dans cet esprit, il a souligné que le présent symposium devrait non seulement, dresser un état des lieux de ce secteur, mais aussi et surtout déboucher sur des propositions concrètes et coordonnées, afin de booster l’agriculture et participer pleinement au processus de diversification de l’économie nationale.




                     °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°




Vendredi 17 février 2017.     Séance de travail avec les experts du Fonds Monétaire International (FMI) en mission actuellement au Gabon.



     La situation monétaire de notre zone économique, la CEMAC, nous impose d'accélérer les réformes en cours. L'enjeu est de diminuer les importations, de mieux gérer le paiement de notre dette extérieure (renégociation) pour diminuer la pression sur nos réserves de change et au contraire les renforcer par une production locale de qualité, compétitive et exportable.  Il nous faut accélérer le rythme de la diversification de notre économie et le développement de l'entreprenariat est l'une des solutions les plus attendues pour inverser la tendance.   Les actions devant conduire au règlement de la dette intérieure et à la relance des activités, telles que prises en charge par le gouvernement contribueront à booster ce processus. Les axes stratégiques de notre action ont été discutés et nous croyons, avec nos interlocuteurs, en la pertinence de notre modèle./.

Publié le : 14 / 03 / 2017

LA DIRECTION